Nantes – Compte-rendu du Contribatelier #1 du 8 février 2020

Après une première rencontre, les Nantais·e·s  ont pu tester grandeur nature leur premier Contribatelier ! Il a eu lieu le samedi 8 février de 16h à 18h à l’Ethiquête, où nous étions une quinzaine de personnes.

Suite à un petit tour des Prénoms / Pronoms / Ce que vous avez envie de faire, nous nous sommes réparti·e·s en trois pôles :    

  • Un pôle CHATONS dont le but est de faire revivre Duchesse, un chaton nantais et proposer des services web éthiques et locaux ;
  • Un pôle de recensement des contributions possibles à la culture libre pour faciliter le travail des Contribateliers ultérieurs.

Le pôle CHATONS

Les personnes intéressées ont construit la démarche de réanimation de Duchesse en repartant du début : pourquoi faire un chaton ? Pour qui faire un chaton ? Qu’est-on capable d’offrir comme service et comme engagement ? Quels sont les moyens humains et financiers à mettre en œuvre ? Comment les pérenniser, et quels sont les briques techniques qui sont à mettre en place ?

Les échanges ont été riches et constructifs et nous avons pu rapidement obtenir un consensus. Nous avons particulièrement pu nous appuyer sur l’expérience d’un membre de Duchesse qui a vécu sa création et sa mise en sommeil.

Le pôle OpenStreetMap

Les contributeur·ice·s avancé·e·s présent·e·s se sont réparti·e·s les demandes d’information sur l’utilisation et le fonctionnement de la carte. Un participant a ainsi été formé aux outils d’édition, et tout particulièrement le logiciel JOSM, dont la prise en main peut se révéler assez ardue sans accompagnement. Certaines personnes en ont profité pour mettre à jour la carte :

  • En ajoutant des informations sur les commerces ou restaurants autour du lieu de réunion après un repérage rapide sur le terrain ;
  • En ajoutant les panneaux d’affichage libre à Rezé et Nantes à partir des vues aériennes et des photos au niveau des rues, comme Mapillary

Recenser les idées de contributions

Un troisième pôle a poursuivi un travail de mise en commun d’idées de contributions à la culture libre. Le but est de pouvoir les recenser et de les mettre au même endroit, afin de permettre à tout un chacun de pouvoir faire son choix en fonction de ses envies (cartographie, photographie, traduction, participation à Wikipédia…), de son temps et de ses compétences.

Nous avons bien avancé, mais de nombreuses questions sur la présentation de l’outil et du vocabulaire se sont fait jour… Un travail à poursuivre, donc !

Ce fut un premier rendez-vous joyeux et efficace. Le prochain Contribatelier nantais aura lieu à la médiathèque de Rezé, le samedi 29 février, de 14h à 17h. Nous espérons vous y rencontrer !

Nantes – Contribatelier #0

Comment en est on venu·e·s à monter cette première rencontre ?

Un premier appel pour identifier toutes les personnes motivées pour monter un contribatelier avait été très relayé mais peu soutenu. Manifestement, Nantes recelait beaucoup d’énergies pour contribuer, mais il lui manquait la petite étincelle. Une réponse est arrivée quelque temps après l’appel, pour proposer de co-organiser les contribateliers. Il serait finalement temps de passer à l’action !

Un second appel a donc été lancé sur le Fediverse. Il a été très rapidement repartagé, et quelques personnes se sont montrées intéressées pour participer. Le Framateam des contribateliers nous a permis de créer un canal dédié à notre chère ville, et de commencer à discuter un peu. Tout le monde a pu exprimer ses sensibilités, jusqu’à ce qu’il soit décidé de se rencontrer physiquement pour mieux faire connaissance.

Apprendre à se connaître

Commencer à contribuer ensemble quand on ne se connaît pas, c’est loin d’être évident. Le format qui a émergé très rapidement sur Framateam a été celui d’un verre, et d’un repas ensuite pour celles et ceux qui le voulaient. Il ne s’agissait donc pas d’un atelier de contribution classique, mais plutôt d’une prise de contact au Totum, le 03/01 à 19:30. La séance s’est ouverte par un tour de table, afin que toutes les personnes puissent exprimer ce qu’elles veulent faire, ce qu’elles savent faire, et ce qu’elles attendent des Contribateliers.

Qu’est-ce qui nous rassemble ?

Ce tour de table a été l’occasion de découvrir tout le monde. Une bonne surprise pour un environnement orienté logiciel libre : la majorité des personnes présentes n’était pas orientées « technique ». La totalité d’entre nous sont des utilisateur·ice·s de logiciels libres, tous souhaitent contribuer aux logiciels que nous utilisons, mais la tâche peut être décourageante : beaucoup ne savent pas forcément par quel côté prendre les contributions, comment contribuer, et pensent avoir besoin de soutien et d’un environnement positif pour contribuer ensemble. Finalement, il apparaît assez naturellement que tout le monde n’a pas la même vision de comment contribuer.

Différents types de contributions

Les aspirations de notre chouette assemblée peuvent se classer en cinq catégories principales.

  • Contributions à un logiciel lui même : par le biais de retours d’utilisatrices et utilisateurs et de tests qualité, par le biais de traductions, éventuellement de code, par le biais de contributions du point de vue de l’ergonomie et l’attractivité qui sont des points faibles courants des logiciels libres
  • Contribution à des communs : réduire le biais de genre sur Wikipedia, création de contenus sous licence copyleft (articles, photos, autres), contributions à OpenStreetMap (les cartes créées par des contributeur·ice·s bénévoles), analyse de trames réseau envoyées par les appareils (via PiRanhaLysis)
  • Sensibilisation du grand public aux problématiques qui nous animent
  • Sensibilisation des associations aux enjeux d’un enfermement chez les GAFAM
  • Mise en place de moyens d’émancipation du public, notamment en ressuscitant un CHATONS local : Duchesse

À qui parle-t-on finalement ?

Nous devons définir précisément notre cible. Maiwann disait « quand on s’adresse à tout le monde, on ne s’adresse à personne ». Il nous reste donc quatre cibles à définir.

  • La cible des contribateliers, c’est à dire qui nous souhaitons faire venir en atelier pour contribuer tous ensemble
  • La cible de nos opérations de sensibilisation du grand public
  • La cible de nos opérations de sensibilisation des associations
  • La cible que nous souhaitons aider à s’héberger chez un CHATONS

En fonction de ces cibles, nous pourrons affiner quelles sont les entités avec qui nous pourrions travailler (par exemple, l’école de design, des IUT ou des écoles d’ingénieur·e·s)

Comment nous y prendre ?

Il existe un format aujourd’hui dont nous souhaitons nous inspirer. Nous souhaitons nous retrouver en un même lieu et nous regrouper en pôles thématiques de contribution : par exemple un pôle de contributions à Wikipédia, un pôle de relevé de trafic réseau pour savoir à qui son téléphone parle, et un pôle pour tester Funkwhale et faire des retours sur son ergonomie.

Nous souhaitons faire très attention à plusieurs points dont la manière dont les gens sont accueillis : il est très important pour nous que les curieu·se·s comme les membres aguerris se sentent pris·e·s en charge dès leur arrivée et intégré·e·s à nos efforts. Un binôme d’organisatrices et organisateurs aura la responsabilité de l’atelier, avec d’éventuels responsables d’animation pour dynamiser les pôles.

Afin de permettre à toutes et tous de pouvoir être accueilli·e·s dans un environnement bienveillant et respectueux, nous allons mettre en place un code de conduite permettant d’afficher un message clair et d’agir en cas de comportement problématique. Nous avons parlé d’avoir à chaque contribateliers plusieurs personnes en charge de cet aspect.

Cet effort s’articule avec un autre point important : faire très attention à notre communication externe. Si nous voulons être accueillant·e·s pour les personnes qui viennent en atelier, nous voulons faire preuve d’ouverture et d’engagement dès l’espace numérique pour les personnes qui s’intéressent à nous. Ceci passe par un soin dans notre manière de communiquer, de garder nos informations à jour, et ne surtout pas laisser l’impression d’abandon s’installer alors que les ateliers sont actifs.

C’est le Framateam qui servira à maintenir le contact au fil du temps pour se concerter, pour dialoguer sans avoir besoin de se retrouver physiquement. C’est par ce biais que nous allons décider de quel pôle sera mis en place lors de quel atelier. Pour en parler, rejoignez-nous !

Les communications extérieures sur les réseaux sociaux se feront quant à elles via nos comptes Mastodon et Twitter pour présenter le programme, et appeler aux contributions.

Et maintenant, qu’est-ce qu’on fait ?

Maintenant on contacte les lieux que nous avons identifiés pour planifier des ateliers chez eux, en privilégiant ceux ouverts au public pour plus facilement attirer du public, on définit un agenda indiquant les dates de chaque pôle des contributions, on communique, et on s’y met ! Et dans quelques mois on fait le bilan. Venez façonner votre avenir numérique avec nous !